Régie publicitaire
BUEA : LE MAIRE SABOTE LA CONFERENCE GENERALE ANGLOPHONE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Camnews24   
Vendredi, 10 Août 2018 16:37

A travers une marche qui a eu lieu ce mardi 31 juillet 2018 dans la capitale régionale du Sud-Ouest.La marche  avait pour objectif  de dénoncer l’enlèvement de certains chefs Bakweri  libérés lundi dernier  alors que le maire avait à peine entamé sa marche. Suffisant pour se demander s’il n’y avait pas une complicité entre l’organisateur de cette marche et ceux qui détenaient les chefs.  Elle  avait surtout  pour but de s’insurger contre la tenue de la conférence générale anglophone  prévue à Buea du 29 au 30 août 2018. Celle-ci a été convoquée faut-il le rappeler par  le Cardinal Christian Tumi,  Ont été associés  comme personnalités de premier plan à cette rencontre, le greffier synodal de   la Presbyteriane  Church in Cameroun   et les imams des mosquées centrales de Bamenda et de Buea,   Une initiative saluée par le gouvernement à travers son porte-parole qui  trouve en cela une piste pouvant aider à sortir de la crise.

Amateurisme et excès de Zèle

Et on peut donc  s’interroger sur l’attitude du maire de Buéa qui,  non seulement,  fait montre d’un  amateurisme  béa dans sa démarche en tant qu’élu local et donc responsable lui aussi dans la recherche des solutions pouvant amener la paix.  En effet, en scellant déjà il y a quelques jours les commerces et les banques situés dans cette ville, ce monsieur  a  attisé une colère qui se ressent depuis la perturbation des activités économiques dans ces lieux. Déjà le motif de cet acte n’était  juridiquement pas fondé, puisqu’il s’agit des initiatives privées et donc ne peuvent  ouvrir que selon la volonté de ceux qui les ont promu et non d’un tiers, fut-elle une autorité administrative. Alors que les populations, les commerçants  et les observateurs  s’interrogent encore sur cet excès de zèle de la part de cet élu, il vient de se montrer  plus agitateur sur un terrain politique où  il est déjà très mal vu même par les siens. A travers une marche qui n’a même pas rassemblé une trentaine de personne, allant de la place des cinquantenaires aux services du gouverneur de la région du Sud-Ouest.  Patrick Ekema a profité de cet instant, pour  menacer  de faire couler du sang , si un tel conclave se tenait à Buea ,  une municipalité dans laquelle il représente la loi. Une véritable hérésie, puisque l’élu ne saurait se constituer en une menace pour des prélats qui sont à la recherche  d’une paix durable dans une partie du pays où,  il ne propose rien comme politique ou comme élite,  pur sortir de cette crise. On peut d’ailleurs se demander si le maire mesurait l’ampleur de ses propos devant un gouverneur resté assez  vigilant sur la position d’un Camerounais  qui menace d’autres de mort. En effet, le maire est allé jusqu’à  promettre de : «  faire des ravages et de répandre le sang à Buea ,  si le gouvernement approuvait la conférence visant à rechercher une paix durable dans les régions anglophones tourmentées  ».  Une préoccupation que Bernard Okalia Bilai a promis de transmettre à qui de droit.

Germain Socrate Tanleu

Share Link: Partager l'article: Google Yahoo MyWeb Del.icio.us Digg Facebook Myspace Reddit Ma.gnolia Technorati Stumble Upon Blogmarks Ask PlugIM Mixx MSN Live
 

Ajouter une réaction


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Journal de 20hrs

Mini journal TV du jour

Culture d'Afrique

Journal de l économie

La Tanière

Conversation

International

pub-ccc1

Vos Réactions

 


CAN 2019 : LA CAF DEMANDE AU CAMEROUN « DE SE METTRE AU TRAV

News image

La Confédération Africaine de Football a invité le Cameroun à accélérer les travaux sur les différents chantiers de construction devant ... Lire la suite...

Sports | Mercredi, 15 Août 2018

L'affaire Eto'o permettra -t-elle de faire le menage à Fécafoot ?